Marie Tudor de Victor Hugo Cristiana Reali sur les planches de la Pépinière

Une Marie Tudor flamboyante à La Pépinière théâtre

Avec les yeux

Cette saison, Cristiana Reali incarne Marie Tudor dans le drame romantique éponyme de Victor Hugo que Philippe Calvario met en scène sur les planches du théâtre de la Pépinière. La pièce, librement inspirée de la vie de la reine catholique et sanguinaire de la dynastie des Tudors, montre une souveraine aux prises avec ses passions, entre intrigues amoureuses et tractations politiques.

Pas de Tudors sans Henri VIII. 
Portrait par Joss Van Cleve vers 1530-1535

Les Tudors entre légende et Histoire

Avec les yeux

Cette saison, le musée du Luxembourg met à jour la face cachée des Tudors. À travers une scénographie en lettres gothiques, le parcours de l’exposition propose de relire l’histoire de la dynastie, qui régna sur l’Angleterre au XVIe siècle, au prisme de sa légende pour mieux démêler l’une de l’autre.

Exposition rétrospective Jeanne Lanvin au Palais Galliera, du 8 mars au 23 août 2015

Jeanne Lanvin au Palais Galliera : 5 choses à retenir

La mode, la mode, la mode

C’est le 8 mars, journée internationale de la femme et pendant la fashion week parisienne, que le Palais Galliera dévoile la première exposition rétrospective dédiée à Jeanne Lanvin.

Je Suis Charlie, Palais de Tokyo, 2015

Où est Charlie ?

Les mots devant soi
© Stéphane Mahé, Reuters  Photo Didier Plowy  Centre Pompidou

© Stéphane Mahé, Reuters Photo Didier Plowy Centre Pompidou

Un mois après les attentats des 7, 8 et 9 janvier 2015 et le rassemblement du 11 janvier dernier, on peut se poser la question, où est Charlie ?
Après l’ineffable, la formule « Je suis Charlie »* venue en réponse à cet état de choc et scandée à l’unisson m’avait semblée salvatrice en ce qu’elle appelait au rassemblement, soutenait une posture, réaffirmait des valeurs. Je suis Charlie, trois mots incarnant le symbole de la résistance citoyenne, de l’affirmation de la liberté, du refus de la terreur.

Expositions mode printemps 2015

Expos mode – collection printemps été 2015

City Guide, La mode, la mode, la mode

Art appliqué, savoir-faire, industrie, la mode tient une place à part dans le paysage culturel et artistique. Chaque saison, je guette avec intérêt les expositions mode, monographiques ou non, comme récemment Fashion Mix au musée de l’histoire de l’immigration, les destins et nationalités croisés de la couture parisienne.
Florilège des expositions mode du printemps à Paris.

Jeff Koons, Balloon Dog, 1994 - 2000

Rétrospective Jeff Koons : l’art à tous les rayons

Avec les yeux, City Guide

Jeff Koons, artiste subversif qu’on ne présente plus, est à l’honneur au Centre Pompidou dans une rétrospective comptant une centaine d’œuvres.
De Jeff Koons, je connaissais comme tout le monde : des prix records sur le marché de l’art contemporain, le tollé provoqué par l’exposition de ses sculptures sous les ors de Versailles en 2008, ses célèbres puppies ou encore le Homard gonflable et quelques huiles sur toile découverts à la Serpentine Gallery à Londres à l’été 2009 (que j’avais tôt fait de prendre pour des sérigraphies tant la technique semblait maîtrisée…). J’avais bien évidemment des a priori sur son univers gonflé et coloré, que cette rétro est l’occasion de dépasser.

Fashion Mix exposition

Fashion Mix, le brassage culturel de la mode parisienne

Avec les yeux, La mode, la mode, la mode

Exposition Fashion Mix

L’exposition Fashion Mix, mode d’ici, créateurs d’ailleurs retrace de façon chronologique l’évolution de la mode made in Paris et de ceux qui la font au musée de l’histoire de l’immigration. Inventée par l’Anglais Charles Frederick Worth au XIXe siècle, la haute couture s’est constamment nourrie des mouvements migratoires du XXe, idem pour le prêt-à-porter et la création contemporaine. Le parcours de l’exposition raconte comment ces phénomènes leur insufflent une inspiration nouvelle.

Rose Bakery maison rouge

Guide subjectif de Paris : cantines bio

City Guide, Go green

Paris est à l’heure d’hiver, l’envie du moment se prête volontiers à un thé au coin du feu, une pâtisserie ou une expo.

Pour satisfaire les envies gourmandes, trois adresses bio à l’accueil souriant, à l’assiette super quali, la cuisine fait maison (elle aussi souriante) et dont le succès ne se dément pas, pour preuve, leurs adresses quadrillent Paris des 9/10e arrondissements au Marais et jusqu’à Saint-Germain-des-prés.

La Vénus à la fourrure

Marie Gillain, exquise Vénus à la fourrure

City Guide

Cet automne, La Vénus à la fourrure se joue à Paris. La pièce sulfureuse de l’Américain David Ives, créée en 2010, est adaptée d’après Sacher-Masoch – qui, pour rappel, a donné son nom au SM – joue sur la mise en abyme et les rapports de force dominant dominé.
Thomas Novachek (Nicolas Briançon), metteur en scène new yorkais en mal de succès recherche (sa) Wanda désespérément, celle qui incarnera la Vénus à la fourrure. C’est alors que Wanda (Marie Gillain), vêtue d’un trench léopard, entre en trombe pour l’audition, à grand renfort de jurons…

« Dieu l’a puni et livré aux mains d’une femme. »
Citation liminaire de la pièce Venus in Fur de David Ives extraite du Livre de Judith

Doug Aitken

Flâner à la FIAC

Avec les yeux

Invitation FIAC 2014
FIAC : foire d’art contemporain bien assagie pour sa 41e édition, vitrine de la scène artistique contemporaine, snobisme parisien – il est vrai que le jour du vernissage, les visiteurs qui s’y pressaient auraient fait de beaux sujets pour le photographe Martin Parr.