L’étrange beauté du mannequin d’artiste au musée Bourdelle

Avec les yeux
Anonyme, Italie, Mannequin néoclassique, vers 1810 © Comune di Bergamo – Accademia Carrara Crédit photo : M. B.

Anonyme, Italie, Mannequin néoclassique, vers 1810 © Comune di Bergamo – Accademia Carrara
Crédit photo : M. B.

Pour sa réouverture, le musée Bourdelle consacre une exposition à un acteur de l’ombre : le mannequin d’artiste. Intitulée « mannequin d’artiste, mannequin fétiche », elle retrace à travers l’histoire de l’art, le rôle joué par ce compagnon aux membres articulés, qui fut d’abord un objet utilitaire avant devenir le corps de la mode…

L’« inquiétante étrangeté » du mannequin d’artiste

L’exposition a lieu dans le musée-atelier d’Antoine Bourdelle, lui-même peintre et sculpteur. Elle s’articule autour de l’« inquiétante étrangeté » (d’après Freud, 1919) inhérente à cet objet de bois qui prend l’apparence humaine, simulacre du modèle, personnage qui peuple les tableaux. Le mannequin est aussi un motif à part entière auquel on rend hommage dans des natures mortes : chez Heinrich von Rustige, Marie-Amélie Cogniet ou Alan Beeton. L’Impressionnisme, qui fait sortir l’artiste de son atelier, marque un tournant : le peintre revient au modèle vivant et délaisse progressivement le mannequin.

Mannequin androgyne, ambigu, fantasmé

Du mannequin, pièce unique qu’on achetait chez un marchand de couleurs et qui trônait dans l’atelier du peintre depuis la Renaissance jusqu’au XIXe siècle, au modèle fabriqué en série des vitrines des magasins, le rôle de l’objet évolue. Le parcours de l’exposition soulève l’ambivalence de ce personnage androgyne (qui campait aussi bien les personnages d’homme que de femme), la cristallisation fétichiste dont il fait l’objet, les images dérangeantes qu’il suscite au XXe siècle que ce soit en peinture chez Kokoschka, à travers le film de Hans Richter Dreams that money can buy ou chez les Surréalistes.

Pour incarner cette ambivalence, l’exposition joue sur la « 3D » (les mannequins d’artiste en bois, chiffons ou papier mâché) comme sur la « 2D » (représentations picturales, photographiques ou cinématographiques).
L’exhaustivité des œuvres, de leurs esthétiques, ajoute à cette étrange beauté : on la perçoit différemment selon que l’on regarde le tableau préraphaélite de Ford Madox Brown, The Last of England, ou les photographies de Man Ray ou Herbert List mettant en scène le mannequin.

La scénographie utilise la verticalité du lieu à travers dix tableaux successifs. Cette mise en espace (réalisée par Ciel Architectes et Atelier de l’Île) figure un atelier d’artiste contemporrain et minimaliste fait de cimaises grises et de bois clair.

Mes œuvres préférées

J’ai un faible pour :

  • le mannequin de Bergame peint à qui il manque un pied,
  • le célèbre portrait de Heneage LIoyd et sa sœur Lucy signé Thomas Gainsborough, charmants enfants à la pose figée dans un décor de paysage romantique,
  • le chef-d’œuvre vibrant et verdoyant de Gustave Courbet, les Demoiselles du village, vivement critiqué à l’époque pour avoir eu visiblement recours aux mannequins…
  • l’immanquable autoportrait au chevalet d’Oskar Kokoschka,
  • les photos de poupée fétichistes et dérangeantes signées Hans Bellmer,
  • La soffitta del torero, sublime tableau de Pietro Annigoni (1910 – 1988) où le corps lacéré du mannequin imprime les traumatismes de l’Histoire,
  • les photographies surréalistes signées Denise Bellon, Man Ray…

M. B.

MANNEQUIN D’ARTISTE, MANNEQUIN FÉTICHE

mannequin d'artiste mannequin fétiche musée Bourdelle1er AVRIL – 12 JUILLET 2015

Musée Bourdelle
18, rue Antoine-Bourdelle, Paris 15e
Accès : métro Montparnasse – Bienvenüe / Falguière
Quand ? du mardi au dimanche de 10 h à 18 h (sauf lundi et jours fériés)

Commissariat
Jane Munro, conservateur des peintures et des dessins au Fitzwilliam Museum de Cambridge, commissaire invitée
Amélie Simier, conservateur en chef du Patrimoine, directrice des musées Bourdelle et Zadkine
Jérôme Godeau, musée Bourdelle

Publicités

2 réflexions sur “L’étrange beauté du mannequin d’artiste au musée Bourdelle

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s