Villa Cavrois jardin

Visite de la villa Cavrois, œuvre moderniste de Robert Mallet-Stevens

Avec les yeux
La villa Cavrois vue du jardin

La villa Cavrois vue du jardin, crédit photo : M. B.

Après une réouverture au public en grande pompe le 13 juin dernier, la villa Cavrois montre à nouveau les charmes qu’elle arborait au temps de sa jeunesse, dans les années 1930.
La villa Cavrois est qualifiée de manifeste architectural de Robert Mallet-Stevens. Et pour cause, elle est conçue comme une œuvre totale : architecture extérieure, jardin, piscine et terrasses, mais aussi décoration intérieure, meubles…
Commande de Paul Cavrois, industriel du textile du Nord, à Robert Mallet-Stevens pour y vivre avec sa famille en 1929 au lieu-dit de Beaumont, à quelques kilomètres de Roubaix, à Croix dans le Nord, la villa Cavrois est livrée en 1932. Cette bâtisse rappelle l’âge florissant de l’industrie textile du Nord et incarne le modernisme des années 1930 dominé par les lignes horizontales et la structure que forme autour d’elle le jardin, qui sont aussi la signature de son architecte.

Splendeurs et misères de la villa Cavrois

Villa Cavrois avant renovation

La villa Cavrois avant l’entreprise des travaux de rénovation

Occupée par les Allemands pendant la Seconde Guerre mondiale, la villa est vendue par la famille Cavrois à un promoteur immobilier en 1985. Son jardin est alors loti, petit à petit, les meubles vendus aux enchères, la décoration pillée, la villa abandonnée aux squatteurs.
Pourtant classée monument historique en 1990 sous l’impulsion d’une association de riverains et achetée par l’État 1,5 million d’euros en 2001, la villa Cavrois subit de nombreuses dégradations (entre infiltrations d’eau et colonisation végétale) tant et si bien qu’il faudra quinze ans pour la remettre en état.

Villa Cavrois, paquebot moderniste de Mallet-Stevens

Villa Cavrois jardin

La villa Cavrois et son miroir d’eau, vue du jardin, le 12 juillet 2015 – crédit photo : M. B.

Œuvre architecturale totale, la villa Cavrois emprunte une structure classique divisée en deux ailes, l’une pour les propriétaires et leurs sept enfants, l’autre pour le personnel, comme toute demeure aristocratique.
La villa Cavrois est néanmoins d’une modernité remarquable, tant dans ses lignes et son décor sobres que dans ses équipements d’époque (chauffage central, ascenseur, monte-plats desservant les terrasses, téléphone, éclairages indirects…).

En parcourant ses vastes pièces d’apparat au rez-de-chaussée, l’évidence est frappante : l’espace intérieur est entièrement ouvert sur le jardin, à travers de larges baies vitrées – élément nouveau pour l’époque – tandis que ses murs se parent de la couleur verte en écho au parc, tout comme les volets roulants. Ce jardin géométrique, structuré, est une des clés, sinon l’assise, de l’architecture voulue par Mallet-Stevens.

« La villa Cavrois n’est pas un manifeste opératoire, elle exprime la position d’un concepteur qui ne cherche pas à faire école et se situe dans la mouvance moderniste où les échanges formels sont fréquents. Elle n’est pas l’illustration d’une théorie comme l’a été la villa Savoye de Le Corbusier, elle n’a pas été édifiée à l’appui d’un discours transmissible. »

Richard Klein
in Robert Mallet-Stevens, la villa Cavrois, Paris, Editions Picard, 2005, p. 104.

Une restauration de longue haleine

Les photos ci-dessus dévoilent la villa après restauration (pour un coût de 23 millions d’euros) telle qu’elle vient d’être inaugurée. Un travail de longue haleine qui relève de l’archéologie, Robert Mallet-Stevens ayant exigé la destruction complète de ses archives à sa mort en 1945. La visite relate très bien la mise en œuvre des travaux et l’intervention des différents corps de métiers dans la restitution du décor d’origine.

Les volumes de la villa sont impressionnants, pourtant rien n’y est cloisonné. Au contraire, c’est une maison faite pour la vie de famille : les pièces communiquent entre elles, un escalier principal dessert toute la demeure et les motifs horizontaux créent une unité presque un leitmotiv (des briques de parements de la façade, en passant par les contremarches contrastées ou les boîtes à lumière du hall d’entrée…).

Terrasse Villa Cavrois

Terrasse de la villa Cavrois

Le luxe de la villa Cavrois tient à sa décoration non ostentatoire, à sa fonctionnalité, sa subtilité (éclairages indirects ou encore au parquet mêlant les essences de bois dans un assemblage robuste – parquet mosaïque Noël fixé selon la technique du mortier magnésien -, ce même parquet qui a traversé les décennies, la Seconde Guerre Mondiale et les pillages en demeurant quasi intact). La visite s’effectue en chaussons pour protéger les marbres et parquets fraîchement restaurés.

M. B.

Villa Cavrois

Centre des monuments nationaux
Adresse : 60, avenue John-Fitzgerald Kennedy
59170 Croix
Tél. : 03 20 73 47 12
villa-cavrois.fr
Ouvert : tous les jours (sauf mardi, 1er janvier, 1er mai, 1er et 11 novembre, 25 décembre),
Horaires : de 10h30 à 17h30 de novembre à mai, et de 10h30 à 18h30 de juin à octobre.

Advertisements

2 réflexions sur “Visite de la villa Cavrois, œuvre moderniste de Robert Mallet-Stevens

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s