Dominique Gonzalez-Foerster dilate le temps au Centre Pompidou

Avec les yeux
néon fiac

Dominique Gonzalez-Foerster, Exotourisme, 2002 (Courtesy Esther Schipper, Berlin)

À travers 1887 – 2058, l’artiste française Dominique Gonzalez-Foerster, Prix Marcel Duchamp 2002, déploie son univers au Centre Pompidou, ou plutôt ses « environnements », dénomination qu’elle préfère à celle d’installation, à travers une scénographie évoquant une demeure aux multiples entrées (chambres d’époque, intérieur, paysages…).

Narration entre rétrospective et prospective

À la fois rétrospective et prospective, cette exposition intitulée 1887 – 2058 explore le temps, le réel et la fiction, et rapproche le spectateur de l’artiste au fil de cette narration spatiale.

« Raconter une histoire ou son histoire ? En partant d’où et de quoi ?
Comment raconter ce qui touche aussi quelqu’un d’autre ?
Ce qui n’est pas lié à une expérience ou à une perception directe ? […] »

DGF, « Tropicalité », Dominique Gonzalez-Foerster, Pierre Huyghe, Philippe Parreno, cat.expo., Paris, Paris Musées, 1998, p. 126. […]

Une expérience déconcertante

L’exposition mêle ambiances, films, son, lumière et nous plonge au cœur de l’œuvre, du processus artistique.
D’emblée, cette rétrospective m’a semblé déconcertante, à travers le captio benevolentiae Brasilia Hall (1998/2000), suivi de Séance de Shadow II (bleu) (1998), où le spectateur déclenche involontairement sur son passage les spots placés le long du cheminement. Ainsi il n’entre pas seulement de plain-pied dans l’œuvre, il en devient partie prenante (ce qui semble être toujours le cas en art contemporain).

En effet, de Dominique Gonzalez-Foerster, je ne connaissais que TH.2058, environnement, présenté dans le Turbine Hall, de la Tate Modern à Londres (2008), qui traduit bien cet effet où le spectateur fait corps avec l’œuvre (des structures métalliques de lits superposés auxquelles sont attachés des livres), ou encore Exotourisme, Courtesy Esther Schipper, Berlin, (2002), aperçu à la FIAC. 1887 – 2058 resitue l’œuvre dans la recherche artistique et même au-delà.

M. B.

DOMINIQUE GONZALEZ-FOERSTER

1887 – 2058

23 SEPT 2015 – 1ER FÉV 2016

Centre Georges Pompidou
Adresse : Place Georges-Pompidou, Paris 4e
Entrée principale par la piazza.
Accès : métro Rambuteau

Exposition ouverte de 11h à 21h
Tous les jours sauf mardi.
Nocturnes les jeudis, vendredis et samedis jusqu’a 23h.

Advertisements

Une réflexion sur “Dominique Gonzalez-Foerster dilate le temps au Centre Pompidou

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s