Virginie Despentes, Vernon Subutex 2

Avec les yeux, Les mots devant soi

Dans le 2e tome de Vernon Subutex, Virginie Despentes reprend les personnages qu’elle met en scène à la façon d’un film chorale, ce n’est plus seulement Vernon qui est en cause, mais sa génération.

Si le dispositif liminaire qui rappelle le rôle de chacun des personnages du roman est un peu laborieux et oriente le jugement du lecteur, le discours indirect libre en revanche donne vigueur au roman.

À travers ce deuxième tome, c’est moins l’intrigue et la noirceur qui intéressent Virginie Despentes que la société française. Chaque personnage campe un type et tout le monde en prend pour son grade : la gauche, les bobos, artistes velléitaires… Amour, amitié, féminisme, mariage pour tous, Despentes a un avis sur tout – qu’elle clame sur un ton grinçant.

M. B.

Vernon Subutex 2, morceaux choisis

 

Rédemption

« A-t-on jamais entendu parler de quelqu’un qui fasse un pacte avec un ange ? Jamais. Les anges ne font pas de deal. Le problème de la rédemption, c’est comme passer du crack à la camomille : on se doute que ça a des vertus, mais sur le coup, c’est surtout vachement moins ludique. »

Virginie Despentes, Vernon Subutex 2, Grasset, 2015.

Rock

« Souviens-toi, Vernon, on entrait dans le rock comme on entre dans une cathédrale, et c’était un vaisseau spatial, cette histoire. Il y avait des saints partout on ne savait plus devant devant lequel s’agenouiller pour prier. On savait qu’une fois les jacks débranchés, les musiciens étaient des humains comme les autres, qui faisaient caca et se mouchaient quand ils chopaient la crève, mais ça ne changeait rien. On s’en foutait des héros, ce qu’on voulait c’était ce son. Ça nous transperçait, ça nous terrassait, ça nous décollait. Ça existait, ça nous a tous fait la même chose au départ : merde, ça existe ? C’était trop large pour nos corps. Des jeunesses au galop, on ne savait rien de la chance qu’on avait… (…) C’était une guerre qu’on faisait. Contre la tiédeur. On inventait la vie qu’on voulait avoir et aucun rabat-joie n’était là pour nous prévenir qu’à la fin on renoncerait. »

Virginie Despentes, Vernon Subutex 2, Grasset, 2015.

Féminisme

« Si les mecs avaient leurs règles, l’industrie aurait inventé depuis longtemps une façon de protéger high-tech, quelque chose de digne, qu’on se fixerait le premier jour et qu’on expulserait le dernier, un truc clean et qui aurait de l’allure. Et on aurait élaboré une drogue adéquate, pour les douleurs prémenstruelles. on ne les laisserait pas tous seuls patauger dans cette merde, c’est évident. On pollue l’espace intersidéral de satellites de reconnaissance, mais pour les symptômes d’avant règle, que dalle. »

Virginie Despentes, Vernon Subutex 2, Grasset, 2015.

Amour et amitié

«(…) Le chagrin d’amour est plus douloureux, une part d’irrationalité entre en jeu, c’est vite obsessionnel, ces conneries-là. Insoutenable. Mais ça passe vite, et ne laisse aucune trace. Une meuf, ça se remplace. Ce n’est pas trop compliqué d’avoir envie de coucher avec une fille. Elles ont toutes plus ou moins quelque chose qui justifie qu’on s’intéresse à leur cas. Si on veut se mettre en couple, l’important c’est d’être réaliste. Une fille mettable, qui fait à bouffer, qui n’a aucune habitude dégoûtante et te supporte tel que tu es, sans chercher à te mettre au pas et te faire aimer les légumes verts, on ne peut pas en demander beaucoup plus à l’amour. À quelques détails près, c’est toujours la même histoire qu’on se raconte. L’important, c’est de ne pas s’acharner à chercher dans la vie de couple des choses qu’on n’y trouvera jamais. Pour être heureux en amour, Loïc a compris depuis longtemps il s’agit avant tout de se contenter de ce qu’on trouve sur la table.


L’amitié, elle, ne supporte aucun arrangement. Elle réclame l’entière sincérité des deux parties.»

Virginie Despentes, Vernon Subutex 2, Grasset, 2015.

Virginie Despentes, Vernon Subutex, tome 2

Vernon Subutex

Couverture Karim Adduchi

Où ? Chez Grasset (19,90 €) et en Livre  de poche (7,90 €), dans toutes les bonnes librairies et bibliothèques.

Vous aimerez aussi (enfin, peut-être) :

Virginie Despentes, Vernon Subutex tome 1

Edouard Louis, Histoire de la violence

Romain Gary, la Promesse de l’aube

Publicités

3 réflexions sur “Virginie Despentes, Vernon Subutex 2

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s