Corps en mouvement, la danse au musée (du Louvre)

Avec les yeux


Corps en mouvement
, exposition temporaire qui se tient au sein de la Petite Galerie du Louvre, propose une approche quasi chorégraphique du mouvement dans l’art. Jusqu’au 3 juillet 2017, le temps d’une année scolaire, 70 chefs d’œuvres issus des collections permanentes du Louvre et de prêts deviennent ainsi la porte d’entrée vers les beaux-arts, pour le grand public.

Entrez dans la danse !

Benjamin Millepied

Benjamin Millepied © Photograph courtesy of Patrick Fraser

L’exposition évoque un défi esthétique et technique, sans faire de discours sur l’art, mais en prenant le visiteur (de 7 à 77 ans) par la main, elle l’invite à contempler les chefs d’œuvres. Ainsi, Corps en mouvement interroge : comment fixer ce qui ne peut pas l’être ? Comment capter, en peinture mais surtout en sculpture, arts de la fixation, les mouvements du corps, de la danse ? Une perception que de nouveaux arts nés au XIXe siècle, comme la photographie et le cinématographe, vont profondément modifier.

Mercure volant

Jean Bologne, dit Giambologna, Mercure volant. Paris, musée du Louvre © Musée du Louvre, dist. RMN – Grand Palais / Thierry Ollivier

Retrouvailles d’Hélène et de Ménélas

Peintre de Ménélas, Cratère à figures rouges : retrouvailles d’Hélène et de Ménélas. 450-440 av. J. C. Paris, musée du Louvre © RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Stéphane Maréchalle

Nijinski et une danseuse

Adolf de Meyer, Nijinski et une danseuse, 1914. Paris, musée d’Orsay © RMN-Grand Palais (musée d’Orsay) / Droits réservés

Géricault, Course de chevaux

Théodore Géricault, Course de chevaux, dit Le Derby d’Epsom, 1821. Paris, musée du Louvre © RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Philippe Fuzeau

Danse serpentine

Auguste et Louis Lumière, Film Lumière n° 765,1 – Danse serpentine, [II]. 1899. Lyon, fondation Louis Lumière © Institut Lumière

À ce titre, l’exposition  fait un clin d’œil à l’actualité cinématographique avec la sortie du film La Danseuse de Stéphanie Di Giusto mettant en scène Loïe Fuller qui inventa la Danse serpentine – dont une captation est présentée dans l’exposition – et  Isadora Duncan, qui va bientôt la supplanter.

Corps en mouvement est donc le moyen de s’initier aux beaux-arts, de comprendre les techniques notamment en sculpture pour tenter de toucher du doigt le Beau… Même si faire entrer la danse au musée n’est pas nouveau, l’approche mérite qu’on s’y intéresse, l’un des commissaires de l’exposition n’étant autre que le chorégraphe Benjamin Millepied, ex-directeur de la danse à l’opéra de Paris. On retrouve ici son ambition de faire bouger les lignes et surtout d’amener vers l’art tous les publics.
Malgré l’espace assez restreint, la scénographie dépouillée et le propos très technique même s’il demeure ultra accessible, ce parcours assez scolaire ne fait pas de discours sur l’art et répond à sa vocation.

M. B.

Corps en mouvement, la danse au musée

6 octobre 2016 – 3 juillet 2017

Affiche Corps en mouvement Petite Galerie du LouvreAile Richelieu / Petite Galerie musée du Louvre

Ouvert tous les jours, sauf le mardi, de 9 h à 18 h, les mercredi et vendredi jusqu’à 21 h 45.

Tarifs : accès avec le billet d’entrée au musée : 15 €.

Gratuit pour les moins de 18 ans, les moins de 26 ans de l’U.E., les demandeurs d’emploi, les visiteurs handicapés, les titulaires du Pass éducation, de la carte Louvre Professionnels et des cartes Amis du Louvre ainsi que le premier dimanche des mois d’octobre à mars.

Advertisements

3 réflexions sur “Corps en mouvement, la danse au musée (du Louvre)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s