chiot au micro

Top 3 des meilleurs podcasts du moment

High tech, Les mots devant soi

Parce qu’il est toujours agréable de partager de bonnes nouvelles, j’aimerais mettre dans vos oreilles les meilleurs podcasts du moment, si vous ne les connaissez pas déjà… Que vous partiez en vacances ou non, ce sera l’occasion de passer un bel été

Pourquoi le podcast ? Parce qu’il se passe un truc. Le podcast s’impose comme un média à part entière, où la narration mais aussi la voix1 prédominent (deux aspects essentiels en littérature comme pour un blog), un média qui s’offre le luxe de prendre son temps, et aussi, une plus grande liberté, car on l’écoute en différé, à ce sujet je vous recommande l’article de Charlotte Pudlowski, « Comment les podcasts vont envahir le monde » – intéressant malgré un titre un peu racoleur.

Publicités
M.U.R.S. La Fura dels Baus

J’y étais… M.U.R.S. de la Fura dels Baus @ la Villette

City Guide, High tech

M.U.R.S. est un spectacle interactif monté par la compagnie catalane La Fura dels Baus qui plonge le spectateur au cœur d’une smart city. J’ai répondu à l’invitation de la Villette pour découvrir cette création à Paris mercredi dernier.

Pour une fois qu’on ne vous demande pas d´éteindre votre smartphone avant le spectacle…

M.U.R.S., La Fura Dels Baus

M.U.R.S., La Fura Dels Baus
Crédit photo : Josep Aznar

Plus qu’un spectacle, M.U.R.S. est une expérience,

La Saint Valentin dans ta boîte mail

Avec les yeux, High tech

La Saint Valentin approche, J-2. Fête des amoureux ou fête commerciale ? Vous aurez beau dire « moi vivant(e), jamais ! », vous n’échapperez pas au romantisme de supermarché, à l’avalanche écarlate de cœurs et de roses, aux e-mailings promotionnels dégoulinants… Heureusement, on peut compter sur les annonceurs pour jouer avec les codes, user de second degré pour faire passer le message. Démonstration.

Hermès en gif

On connaissait déjà les e-mailings de Noël en gif animés, Hermès a créé un gif romantico-décalé qui met en vedette la désirable boite orange. Un cadeau mixte et intemporel qui a valeur de symbole d’amour, le tout délivré comme un message subliminal.
En filigrane, la marque expose sa vision d’un amour harmonieux où les deux sexes sont sur un pied d’égalité.

Hermès gif animé nager dans le bonheur

Hermès invite les amoureux à nager dans le bonheur.
© Hermès

Oysho, déclaration mercantile

Valentine malchanceuse ? « Parce que Cupidon ne fait pas toujours mouche avec ses cadeaux », elle ne sera jamais mieux servie que par Oysho, la marque de lingerie du groupe Inditex. L’insight est bien vu. L’amoureux maladroit est mis au second plan, de fait, la cible féminine est invitée à craquer pour les 20% de réduction. L’achat impulsif est un succédané du désir, comme chacun sait.
A noter la charmante coquille « San Valentin » (sic).

E-mailing Saint Valentin Oysho

© Oysho

Papier Tigre, l’amour authentique

Papier Tigre cible les néo-romantiques sur les réseaux sociaux, les amoureux pas flambeurs qui déclarent leur flamme plus sur papier recyclé que par texto, qui ne baratinent pas leur dulcinée dans un restaurant hors-de-prix ou dans un bar à cocktail tape-à-l’œil. C’est pourquoi Papier Tigre a créé un package peu ruineux (carnet et carte) pour renouer avec le classique de la lettre d’amour.

Cadeau Papier Tigre pour la Saint Valentin

Papier Tigre ou l’accroche qui tue.

Strereomood : geek in love

Rien de tel qu’une playlist pour la soirée de la Saint Valentin, c’est ce que recommande Stereomood, qu’on soit à deux ou seul. Le message se veut poétique quoique geek, illustré de pictogrammes en forme de space invaders.

Stereomood space invaders

© Stereomood

Disneyland : prince charming

Enfin, la palme de l’e-mailing kitsch (et drôle il faut bien l’avouer) revient à Disneyland Paris avec son « SOS Prince charmant », qui s’adresse aux célibataires en ces termes dès l’objet : « Hey bébé, tu cherches encore ton Prince ? », doublé d’un excellent call-to-action qui vous invite à embrasser un crapaud !

Disneyland Paris e-mailing Saint Valentin crapaud

Des clins d’oeil qui ont de quoi vous réconcilier avec la Saint Valentin !

Fleurs fraîches, Untitled, 11 June 2009, iPhone drawing by David Hockney

De l’art sur mon iPad ?

Avec les yeux, High tech

Okay, les geeks ont pris le pouvoir sur la mode. Mais les artistes de la vieille école, eux aussi, sont en passe de virer de bord. Les smartphones et tablettes n’ont pas seulement modifié nos usages du web, ils donnent aussi naissance à de nouvelles formes artistiques : les œuvres se digitalisent sans pour autant éclipser « l’art » dont elles découlent, peinture ou photographie. Certains artistes s’y essaient comme à un exercice de style.

Panorama vs Fleurs fraîches

Si Gerhard Richter (80 ans), dont la rétrospective Panorama s’est tenue en 2013 au Centre Pompidou, avoue rester fidèle à son art, la peinture, et dit ne pas être tenté par la vidéo ou la photo, en early adopter, l’Anglais David Hockney (75 ans) n’a pas hésité à utiliser l’iPhone dès 2009 puis l’iPad pour produire des œuvres d’art numériques.

« Beaucoup de gens estiment que d’autres techniques sont plus séduisantes : mettez un écran dans un musée, et plus personne ne regarde les tableaux. Mais ma profession, c’est la peinture. C’est ce qui m’a depuis toujours le plus intéressé. J’ai maintenant atteint un certain âge et je viens d’une tradition différente. De toute façon, je ne sais rien faire d’autre. Je reste cependant persuadé que la peinture fait partie des aptitudes humaines les plus fondamentales, comme la danse ou le chant, qui ont un sens, qui demeurent en nous, comme quelque chose d’humain. »

Gerhard Richter, 2011

C’est ainsi que l’exposition Fleurs fraîches a vu le jour à l’automne 2010 à la Fondation Pierre Bergé – Yves Saint Laurent à Paris. L’anecdote veut que David Hockney ait d’abord envoyé des tableaux numériques par e-mail à ses amis. Une forme de « peinture digitale », un art qui aurait troqué la matière pour l’écran, une nouvelle façon de s’incarner.

Impression, Dominique Issermann

Dominique Issermann

Dominique Issermann – Impression, film réalisé à l’aide d’un iPhone pendant l’impression du livre

Un autre exemple me vient à l’esprit. Au cours de la visite de l’exposition Dominique Issermann, Lætitia Casta à la Maison Européenne de la photographie, on pouvait découvrir les clichés argentiques des nus de Laetitia Casta en lumière naturelle dans les Thermes de Vals et un film, Impression, réalisé par la photographe grâce à un iPhone. À l’écran, des rotatives en pleine action, celles-là mêmes qui impriment les pages du livre de l’exposition. Le résultat est saisissant : certaines images frôlent l’abstraction, le film hypnotique est une œuvre en soi qui raconte l’aboutissement d’un processus à la fois créatif et mécanique. La lumière est caractéristique de l’artiste. Dominique Issermann filme des machines et pourtant l’émotion affleure…

À la lecture de ces deux exemples, on peut se demander s’il est possible de parler de « digitalisation » des créations artistiques. Ce à quoi, je répondrais de façon scolaire que la création prend une forme « digitale » (du latin, digit « doigt ») en ce que l’artiste peut exercer son art du bout des doigts et aussi à travers un média dit « digital », « qui utilise un système d’informations, de mesures à caractère numérique ».

Le plus frappant étant sans doute que l’écran tient un rôle de choix dans la médiation de l’art, même si ce n’est pas nouveau…

M. B.

Wallpaper City Guide Milan pour iPad

Milan dans la poche

Avec les yeux, High tech

L’app du jour est un guide qui tient dans votre iPhone. Un city guide, mais pas n’importe lequel. Il est signé Phaidon et c’est un Wallpaper*. Il est calé en archi, pointu en design, exigeant sur sa sélection (hôtels, bars, restaurants, clubs, etc.). C’est l’anti-guide du routard.

Vivre la ville comme un autochtone

Milan City Guide PhaidonApp astucieuse, ce guide nomade, va, géolocalisation aidant, vous prendre par la main. À moins que ce ne soit vous qui l’ayez en main…

24h pour prendre le pouls de la ville

Idéal pour les séjours courts (week-ends de trois jours), ce guide va à l’essentiel. On ne le trimbale pas, c’est lui qui vous emmène.
Des institutions touristiques milanaises aux adresses confidentielles, il sait où déguster le meilleur expresso, la traditionnelle cotoletta alla Milanese et où dénicher la terrasse incontournable pour l’aperitivo. Et parce qu’on est à Milan, on ne manquera pas les boutiques de créateur, celles de design ou encore une halte dans un spa huppé. C’est en somme, un peu comme si une bonne copine italienne vous livrait ses bonnes adresses milanaises.

Pourquoi Milan ? Parce que Milan est belle, sophistiquée, élégante. Parce que, dit-on, les Milanais sont des Parisiens de bonne humeur ! Parce qu‘il faut avoir vu Il Duomo au moins une fois dans sa vie, et même qu’une seule fois, ce n’est pas assez. Parce que ce n’est pas tout d’aimer les marques de luxe italiennes, il faut aussi connaître leur berceau. Parce que le Milan Wallpaper* City Guide est en téléchargement gratuit sur l’App Store (Update : Oups, plus maintenant, version 2.0 oblige !).
Alors, tu prends tes billets d’avion ?


M. B.

Net a porter : Winterize your wardrobe in a flash with gif image

J’aime les gifs animés, pas vous ?

Avec les yeux, High tech

Aussi populaires que les lol cats, les gif animés présentent souvent des contenus kitsch, NSFW, viraux : des images animées plus légères que le flash ou la vidéo qu’on partage sur les réseaux sociaux. Au delà d’un univers geek, le gif animé a gagné ses lettres noblesses et se décline aussi bien en expo qu’en photographies poétiques.