A Bigger Splash David Hockney

Rétrospective David Hockney : 6 bonnes raisons d’aller au Centre Pompidou

Avec les yeux, City Guide
David Hockney Autoportrait

Autoportrait, 1954 © David Hockney Photo : Richard Schmidt

David Hockney fête cette année ses 80 ans. A cette occasion, une grande rétrospective est consacrée au peintre anglais originaire de Bradford et ce, jusqu’au 23 octobre 2017. Après le Tate Modern, elle s’arrête à Paris au Centre Pompidou pour montrer la variété des techniques et supports dont s’est emparé l’artiste pour créer, notamment l’iPad qu’affectionne David Hockney pour envoyer des œuvres par e-mail à ses amis.

6 bonnes raisons de voir l’exposition David Hockney à Beaubourg

Publicités
Fleurs fraîches, Untitled, 11 June 2009, iPhone drawing by David Hockney

De l’art sur mon iPad ?

Avec les yeux, High tech

Okay, les geeks ont pris le pouvoir sur la mode. Mais les artistes de la vieille école, eux aussi, sont en passe de virer de bord. Les smartphones et tablettes n’ont pas seulement modifié nos usages du web, ils donnent aussi naissance à de nouvelles formes artistiques : les œuvres se digitalisent sans pour autant éclipser « l’art » dont elles découlent, peinture ou photographie. Certains artistes s’y essaient comme à un exercice de style.

Panorama vs Fleurs fraîches

Si Gerhard Richter (80 ans), dont la rétrospective Panorama s’est tenue en 2013 au Centre Pompidou, avoue rester fidèle à son art, la peinture, et dit ne pas être tenté par la vidéo ou la photo, en early adopter, l’Anglais David Hockney (75 ans) n’a pas hésité à utiliser l’iPhone dès 2009 puis l’iPad pour produire des œuvres d’art numériques.

« Beaucoup de gens estiment que d’autres techniques sont plus séduisantes : mettez un écran dans un musée, et plus personne ne regarde les tableaux. Mais ma profession, c’est la peinture. C’est ce qui m’a depuis toujours le plus intéressé. J’ai maintenant atteint un certain âge et je viens d’une tradition différente. De toute façon, je ne sais rien faire d’autre. Je reste cependant persuadé que la peinture fait partie des aptitudes humaines les plus fondamentales, comme la danse ou le chant, qui ont un sens, qui demeurent en nous, comme quelque chose d’humain. »

Gerhard Richter, 2011

C’est ainsi que l’exposition Fleurs fraîches a vu le jour à l’automne 2010 à la Fondation Pierre Bergé – Yves Saint Laurent à Paris. L’anecdote veut que David Hockney ait d’abord envoyé des tableaux numériques par e-mail à ses amis. Une forme de « peinture digitale », un art qui aurait troqué la matière pour l’écran, une nouvelle façon de s’incarner.

Impression, Dominique Issermann

Dominique Issermann

Dominique Issermann – Impression, film réalisé à l’aide d’un iPhone pendant l’impression du livre

Un autre exemple me vient à l’esprit. Au cours de la visite de l’exposition Dominique Issermann, Lætitia Casta à la Maison Européenne de la photographie, on pouvait découvrir les clichés argentiques des nus de Laetitia Casta en lumière naturelle dans les Thermes de Vals et un film, Impression, réalisé par la photographe grâce à un iPhone. À l’écran, des rotatives en pleine action, celles-là mêmes qui impriment les pages du livre de l’exposition. Le résultat est saisissant : certaines images frôlent l’abstraction, le film hypnotique est une œuvre en soi qui raconte l’aboutissement d’un processus à la fois créatif et mécanique. La lumière est caractéristique de l’artiste. Dominique Issermann filme des machines et pourtant l’émotion affleure…

À la lecture de ces deux exemples, on peut se demander s’il est possible de parler de « digitalisation » des créations artistiques. Ce à quoi, je répondrais de façon scolaire que la création prend une forme « digitale » (du latin, digit « doigt ») en ce que l’artiste peut exercer son art du bout des doigts et aussi à travers un média dit « digital », « qui utilise un système d’informations, de mesures à caractère numérique ».

Le plus frappant étant sans doute que l’écran tient un rôle de choix dans la médiation de l’art, même si ce n’est pas nouveau…

M. B.

Wallpaper City Guide Milan pour iPad

Milan dans la poche

Avec les yeux, High tech

L’app du jour est un guide qui tient dans votre iPhone. Un city guide, mais pas n’importe lequel. Il est signé Phaidon et c’est un Wallpaper*. Il est calé en archi, pointu en design, exigeant sur sa sélection (hôtels, bars, restaurants, clubs, etc.). C’est l’anti-guide du routard.

Vivre la ville comme un autochtone

Milan City Guide PhaidonApp astucieuse, ce guide nomade, va, géolocalisation aidant, vous prendre par la main. À moins que ce ne soit vous qui l’ayez en main…

24h pour prendre le pouls de la ville

Idéal pour les séjours courts (week-ends de trois jours), ce guide va à l’essentiel. On ne le trimbale pas, c’est lui qui vous emmène.
Des institutions touristiques milanaises aux adresses confidentielles, il sait où déguster le meilleur expresso, la traditionnelle cotoletta alla Milanese et où dénicher la terrasse incontournable pour l’aperitivo. Et parce qu’on est à Milan, on ne manquera pas les boutiques de créateur, celles de design ou encore une halte dans un spa huppé. C’est en somme, un peu comme si une bonne copine italienne vous livrait ses bonnes adresses milanaises.

Pourquoi Milan ? Parce que Milan est belle, sophistiquée, élégante. Parce que, dit-on, les Milanais sont des Parisiens de bonne humeur ! Parce qu‘il faut avoir vu Il Duomo au moins une fois dans sa vie, et même qu’une seule fois, ce n’est pas assez. Parce que ce n’est pas tout d’aimer les marques de luxe italiennes, il faut aussi connaître leur berceau. Parce que le Milan Wallpaper* City Guide est en téléchargement gratuit sur l’App Store (Update : Oups, plus maintenant, version 2.0 oblige !).
Alors, tu prends tes billets d’avion ?


M. B.